les-petites-culottes-dAthi

les-petites-culottes-dAthi

Culotte #3 Cabine d'essayage

La cabine d'essayage. Ce petit espace, poussiéreux, à la luminosité peu flatteuse. Avec ses grands miroirs fixes et/ou amovibles. Cette espace que bon nombre de femmes fuient ou affectionnent.

Un endroit où on est face à soit même et dans lequel on y met un max d'espoir. Ce miroir dans lequel une bombe atomique va subitement apparaitre après avoir enfilé un jean's ou un soutien gorge. Et cette tenture qui nous coupe du monde extérieur et derrière laquelle on se permet tout un panel d’extravagance: duck-face, selfie, pauses sexy, "éclatage" de point noir ...

 

De mon côté, pendant des années j'ai fuis la cabine d'essayage. J'avais une silhouette qui me limitait fortement dans le choix des enseignes ou je pouvais m'habiller. Jusqu'à ce que je me limite qu'à une seule enseigne. Et de fait je savais parfaitement bien ce qui allait m'aller. Je faisais donc le tour des rayons puis je passais directement en caisse. Rare sont les fois ou j'ai du retourner l'article car je m'étais planté.

Ensuite, quand j'ai commencé à maigrir, par la force des choses j'ai du passer en cabine. Les premiers temps j'étais un peu déçue car la différence n'était pas spectaculaire. Et du jour au lendemain c'est le choc! Me voilà avec 25kg de moins et je ne reconnais pas la personne dans le miroir.

Pourquoi? Comme c'est possible? Premièrement, le choc est causé par l’environnement. Ce n'est pas à la maison, c'est un endroit impersonnelle et donc aucun repaire. Ensuite il y a cette nouvelle tenue qu'on aurait jamais essayé avant. Puis il y a le corps ... dans ses vêtements, dans cette cabine. Le choc est violant.

 

La cabine d'essayage, je l'ai apprivoisée à travers mes clientes. Mon dernier poste en lingerie m'a permis de créer tout un univers autour de celle-ci. C'est un endroit intime ... très intime. Que ce soit de mettre en confiance une préadolescente et le choix de son premier soutien-gorge. D'une femme qui a été opérée et lui faire comprendre que je ne la regarde pas différemment d'une autre femme ordinaire. D'une dame très âgée qui n'accepte pas cette peau qui la lâche. Et tant autre encore ... Puis il y a cette complicité avec certaines qui mettaient tout leur espoir en moi pour leur trouver la tenue idéal pour leur nuit de noce, une soirée romantique, plan cul.

 

Puis ce qui m'a le plus marqué quand j'ai commencé à changer c'était mon visage. Mais à qui appartient ces joues creuses, ce tout petit coup et ces clavicules?

Ensuite on s'habitue a cette image.  On se trouve toujours trop ronde. Et de 25kg on passe à 35kg. Et la le choc c'est le corps. Mais qui est cette nana en short dans le miroir... Et en plus il lui va bien!!!!

Alors évidement, la fierté est là. Mais quand je vous parle de choc, ce n'est n'y exagéré, ni surfait. Et au quotidien dans sa salle de bain, on ne s'en rend pas compte ... On est dans notre zone de confort ... dans notre périmètre de sécurité. Mais cette cabine d'essayage, cette endroit neutre, l'effet est violent et on veut partir en courant. Puis on s'habitue ... on s'y plait ... et on y retourne encore et encore. 

 

20150206_112543.jpgPicsArt_1425386146706.jpg

Toutes mes clientes m'ont énormément aidées à les aider et à les satisfaire. Leur sourire et les yeux qui brillent dans le miroir grâce à ce que je leur ai dis et ce que j'ai trouvé pour elles m'ont rendu très heureuse et m'ont réconcilié avec moi-même.

 

J'ai été (je suis) ma pire cliente et peut-être celle pour qui j'ai le plus de tendresse.

 
 
 
 
 
 
 
 
 


27/03/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres